Poteries de Jean Claude et Yvette à Villeneuve

1947.

Jean Claude et Yvette descendent à Pâques à Villeneuve lès Avignon pour s'installer. Grâce à Raymond Christoflour, écrivain résidant à Villeneuve, qui est guénonien, Jean Claude rencontre A.Gleizes dans sa propriété des Méjades à saint Rémy de Provence. Les deux hommes ont eu sensiblement le même parcours familial. Leurs pères respectifs travaillent dans le dessin pour tissus.

Jeune, Gleizes est rentré en apprentissage comme Jean-Claude dans l'entreprise familiale. Quoique 16 ans les séparent, les deux peintres se retrouvent dans la pensée de René Guénon: "L'homme universel doit retrouver le sens du sacré en lui et non en dehors de lui " ; JCL a subit l'épreuve de la guerre comme prisonnier. Gleizes lui apporte un repère spirituel dans lequel il va pouvoir incarner sa peinture, répondre à ses interrogations sur le rôle du peintre dans la société. Près d'Yvette sa compagne qui est restée très proche de la nature, Libert puise son inspiration primale. Portraits, études se succèdent. En captivité il avait déjà cotoyé des intellectuels. Architectes, ingénieurs, écrivains, la micro-société française dans la représentation de son élite, tous milieux politiques et religieux confondus, officiers et sous-officiers de réserve échangeront pendant 5 ans leur vision de la société future. La curiosité intellectuelle de Jean-Claude attire Gleizes à bien des égards. Il répond à la question essentielle que se pose Libert. Comment un peintre de 1947 peut se positionner par rapport au monde.

Jean Vilar vient de créer le Festival d’Avignon et monte Shéhérazade d’après le texte du poète. Supervielle rencontre Jean Claude et Yvette et tombe amoureux de la maison. Il préfère séjourner là près du peintre de Villeneuve et de sa muse Yvette pour y résider pendant les représentations. Tous les matins Supervielle lit un poème à Jean Claude au cours du petit déjeuner pris dans la loggia. En Avignon, les comédiens de la troupe du TNP sont en pleine répétition. Ils passent de temps en temps déjeuner chez les Libert pour discuter de l’avancement de la pièce avec Supervielle.C’est dans cette atmosphère que le peintre Libert va commencer à créer. Après Supervielle, c’est Guy Dumur, écrivain et critique de théâtre qui séjournera dans la maison du potier. Très attaché au jeune couple, à l’écoute de Jean Claude dont il boit les paroles, il commence à écrire là bas son roman «Les petites filles modèles». Un lieu où souffle l’esprit ne peut que nourrir une oeuvre. Guy Dumur aime cette maison et sa grande terrasse dont la vue sur le Rhône et les vergers avec en toile de fond le Palais des Papes d’Avignon est unique, hors du temps, un paysage mythologique, décor théâtral et chargé d’histoire, un lieu où lyrisme et poésie font bon ménage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Claude Libert au travail

Tous droits réservés ADAGP-Atelier Libert

 

Marc Hénard with Jean Claude Libert at Villeneuve

Marc Hénard à Villeneuve avec Jean-Claude

Tous droits réservés ADAGP-Atelier Libert

 

Yvette portant un pain de terre

Tous droits réservés ADAGP-Atelier Libert

Statue of Marc Hénard at the entry of the potter's gallery at Villneuve

Totem de Marc Hénard à l'entrée de la Poterie de Villeneuve lez Avignon

Tous droits réservés ADAGP-Atelier Libert